Français English

CHABLIS 1ER CRU MONTMAINS 2011

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2006   2007   2008   2009   2010   2011   2012   2013   2014   2015   2018   2019  

Cépage

100% Chardonnay.

Histoire

La dernière liste des Premiers Crus a été communiquée en 1986. 79 lieux-dits y sont classés couvrant une superficie d’environ 700 ha. Les viticulteurs chablisiens ont procédé à un regroupement de ces lieux-dits sous des noms de climats pour n’en utiliser que 17. Les vignobles concernés s’étendent de part et d’autre du Serein sur les communes de Chablis, Fontenay, Maligny, Chichée, La Chapelle-Vaupelteigne, Courgis, Fleys et Beines.

Origine

Sur la rive gauche du Serein, blotti entre les Bois des Lys et des Broques de Biques, les 37 hectares du climat Montmains affleurent un coteau à l’altitude peu élevée. Les raisins à l’origine de cette cuvée proviennent d’une parcelle connue pour son profil marneux et d’une autre cultivée sur un sol plus caillouteux.

Vinification et élevage

- rentrée en moût et en raisins 
- pressurage pneumatique long 
- débourbage statique par le froid 
- démarrage de la fermentation alcoolique en cuves acier inoxydable par ensemencement de levures sélectionnées au bout de 3 jours, soutirage d’environ 15 % des jus et entonnage en fûts à grains fins pour poursuite des FA pour la partie en cuve, fermentation de 7 à 10 jours en cuves acier inoxydable sous contrôle des températures (18 à 20°C) pour conserver un maximum de fruit
- fermentation malolactique à 100 %.
- élevage sur lies totales pendant 10 mois.

Notes de dégustation

Nez assez intense aux notes de zestes d'agrumes, de noisettes fraiches et pain grillé.
Attaque fraiche et minérale marquée par des aromes d'amandes et d'agrumes qui évoluent vers une finale très caractéristique minérale et légèrement fumée.

Accords mets et vins

Idéal sur du saumon au beurre blanc, mais aussi sur un chapon ou une pintade rôtie.

Service

14°C

Millésime : 2011

Le millésime 2011 commence avec un hiver très rude aux températures extrêmement basses et de très nombreux jours de neige. Le printemps s’annonce plus chaud avec des maximales bien supérieures aux normales mais avec un manque de précipitations. Fin mars on constate les premiers bourgeons dans le coton et même quelques pointes vertes en situation précoce. Juin marque la rupture avec le manque de pluie. Les températures redeviennent tempérées. Cette situation ne perturbe pas l’avance du cycle végétatif et fin juin le stade fermeture de la grappe est souvent atteint. La vigne atteint la véraison fin juillet. L’été se poursuit avec un mois d’août tempéré et très arrosé. Le mois de septembre étant très chaud, les moûts sont rentrés très chauds et de nombreuses fermentations se sont déclenchées toutes seules. Les équilibres entre concentration et acidité permettent de faire les fermentations malolactiques et donc de gagner en complexité.