Français English

CHABLIS 1ER CRU MONTMAINS 2013

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2006   2007   2008   2009   2010   2011   2012   2013   2014   2015   2018   2019  

Cépage

100% Chardonnay.

Histoire

La dernière liste des Premiers Crus a été communiquée en 1986. 79 lieux-dits y sont classés couvrant une superficie d’environ 700 ha. Les viticulteurs chablisiens ont procédé à un regroupement de ces lieux-dits sous des noms de climats pour n’en utiliser que 17. Les vignobles concernés s’étendent de part et d’autre du Serein sur les communes de Chablis, Fontenay, Maligny, Chichée, La Chapelle-Vaupelteigne, Courgis, Fleys et Beines.

Origine

Sur la rive gauche du Serein, blotti entre les Bois des Lys et des Broques de Biques, les 37 hectares du climat Montmains affleurent un coteau à l’altitude peu élevée. Les raisins à l’origine de cette cuvée proviennent d’une parcelle connue pour son profil marneux et d’une autre cultivée sur un sol plus caillouteux.

Vinification et élevage

- pressurage pneumatique long
- débourbage statique par le froid
- démarrage de la fermentation alcoolique en cuves acier inoxydable, au bout de 3 jours, soutirage d’environ 20 % des jus et entonnage en fûts à grains fins pour poursuite des FA pour la partie en cuve, fermentation de 7 à 10 jours sous contrôle des températures (18 à 20°C) pour conserver un maximum de fruit. 
- Fermentation malolactique à 100 %. 
- Elevage sur lies totales pendant 6 mois.

Notes de dégustation

Robe or pâle avec reflets verts.
Nez intense et légèrement fumé, rappelant des arômes de zest d'agrumes et de tilleul.
Vin frais, attaque sur la minéralité marquée par des notes de pain grillé et de pêche blanche, évoluant vers une finale minérale et lègerement fumé.

Accords mets et vins

Idéal sur du saumon au beurre blanc, mais aussi sur un chapon ou une pintade rôtis. 

Service

14°C

Millésime : 2013

Le millésime 2013 se caractérise par une météo capricieuse qui a fragilisé le raisin. Le printemps a été maussade, marqué par une alternance de périodes douces et de périodes froides ainsi que de fortes précipitations. Le radoucissement de juin et les températures estivales de juillet ont permis de diminuer le retard du cycle végétatif, la floraison a pu être observée début juillet. La pluie et le froid ont fait leur retour en septembre, ne favorisant pas la maturation rapide des baies et provoquant le développement de maladies (botrytis), d’où une surveillance accrue dans le vignoble. Les vendanges ont démarré le 30 septembre sous un grand soleil et duré deux semaines entre pluie et temps sec et ensoleillé. Malgré une récolte déficitaire, la qualité et l’équilibre des jus sont au rendez-vous et les premières dégustations en fin de fermentation alcoolique indiquent que les désagréments causés par cette météo sont un lointain souvenir et présagent une belle réussite…