Français English

CHABLIS 1ER CRU VAUCOUPIN 2008

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2007   2008   2009   2011   2012   2014   2015   2019  

Cépage

100% Chardonnay.

Histoire

La dernière liste des Premiers Crus a été communiquée en 1986. 79 lieux-dits y sont classés  couvrant une superficie d’environ 600 ha. Les viticulteurs chablisiens ont procédé à un regroupement de ces lieux-dits sous des noms de climats pour n’en utiliser que 17. Les vignobles concernés s’étendent de part et d’autre du Serein sur les communes de Chablis, Fontenay, Maligny, Chichée, La Chapelle-Vaupelpeigne, Courgis, Fleys et Beines.

Origine

Les 27 hectares du climat Vaucoupin se situent sur la rive droite du Serein et dépendent de la commune de Chichée, sur des coteaux en pente douce.

Surplombant le Serein, les très vieilles vignes de nos parcelles en Vaucoupin sont cultivées sur des sols caillouteux et calcaires. Avec le temps, les ceps traversent des fissures millénaires pour y puiser les nutriments minéraux.

Vinification et élevage

- rentrée en moût et en raisins
- pressurage pneumatique long
- débourbage statique
- fermentation alcoolique de 10 jours en cuves acier inoxydable sous contrôle des températures (18 à 20°C) ;
- ensemencement par levures sélectionnées pour départ en fermentation malolactique mi octobre ;
- fin de la FML mi novembre ;
- élevage sur lies totales de 6 mois minimum, avec remontages fréquents bi-mensuels ;
- mise en bouteille qualitative au mois de mai.

Notes de dégustation

Robe or pâle aux reflets verts.
Nez complexe et ouvert, d’une minéralité légèrement fumée, rappelant le zest d’agrume, la pêche blanche, les épices frais, comme la menthe.
Franc, très frais et fruité en bouche, sur des arômes de pamplemousse et d’amande. Persistant sur une finale minérale typique du terroir.

Accords mets et vins

Idéal sur du saumon au beurre blanc, mais aussi sur un chapon ou une pintade rôtis. 

Service

14°C

Millésime : 2008

Le cycle végétatif du millésime 2008 aura suivi les conditions météorologiques en dent de scie se traduisant par un débourrement tardif, une floraison hétérogène selon l’exposition de la parcelle, des attaques cryptogamiques nécessitant traitements et savoir-faire du viniculteur. Le millerandage inévitable dans ces conditions aura concentré les baies. Paradoxalement, alors que sa situation septentrionale aura valu à l’Yonne une relative fraîcheur estivale, sa pluviométrie au cours de l’été aura été moindre que pour les départements plus au sud. La récolte tardive aura permis de tirer le meilleur parti de l’ensoleillement de la deuxième partie du mois de septembre, pour un millésime 2008 très harmonieux, concentré et fruité, au parfait équilibre sucre/acidité.